Un rôle pour l’aloe vera dans le syndrome de l’intestin irritable

L’aloe vera, par son action régulatrice sur des cellules impliquées dans la réponse immunitaire et inflammatoire, pourrait montrer un intérêt dans les troubles fonctionnels des intestins.

Des études ont montré que l’aloe vera est capable de réguler l’activité des mastocytes de la muqueuse intestinale. Un mastocyte est une cellule qui contient des médiateurs chimiques dont la libération stimule la réponse aux agressions et la sécrétion du mucus  protecteur.

Ce type de cellule est très présent au niveau de la paroi intestinale, comme à tous les endroits où des corps étrangers sont susceptibles d’entrer dans l’organisme. Lorsqu’il est en contact avec un tel corps, le mastocyte va libérer très rapidement ses médiateurs, c’est une réponse immunitaire immédiate et massive, la même qui est responsable des réactions allergiques. Une seconde réponse, plus tardive, provoque la synthèse de nombreuses cytokines inflammatoires, les mêmes qui sont impliquées dans les affections chroniques.

Nous savons que les allergies, c’est-à-dire les réactions immunitaires excessives, de même que les affections auto-immunes, où l’organisme s’attaque à ses propres constituants, vont de pair avec un mauvais état de la muqueuse intestinale ou des dysfonctionnements dans sa fonction barrière.

La recherche a montré que les mastocytes pouvaient activer les cellules nerveuses intestinales, notamment lors des réactions d’hypersensibilité aux aliments. Plus encore, on observe une communication bidirectionnelle entre les mastocytes et les cellules nerveuses, ce qui laisse deviner un rôle dans la forte propension aux douleurs intestinales constatée chez les personnes souffrant d’un syndrome de l’intestin irritable.

On voit bien ici l’étroite relation entre les centres nerveux, nos intestins et notre immunité. Nous savons à quel point le stress agit sur nos intestins et retentit sur nos défenses immunitaires. Notons au passage que la plupart des gens atteints d’une affection intestinale chronique est psychologiquement fragilisée. Un stress chronique fragilise la muqueuse, favorise l’inflammation et fait le lit des pathologies auto-immunes.

Des biopsies ont montré que la perméabilité de la muqueuse était proportionnelle à la sévérité du syndrome de l’intestin irritable, de même qu’au nombre de mastocytes activés. Selon l’Université de Mendoza en Argentine, plusieurs molécules présentes dans l’aloe vera sont connues pour posséder à la fois une activité de stabilisation des mastocytes et de protection des muqueuses digestives.

Vous aimez ce contenu, partagez-leShare on Facebook13Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Diplômé en médecine nutritionnelle et fonctionnelle, formé aux techniques de psychothérapie brève, il exerce en cabinet libéral près d'Orléans. Il anime régulièrement des conférences en micronutrition auprès d’entreprises du secteur santé. Il est l'auteur de trois livres et de plusieurs articles scientifiques.

One thought on “Un rôle pour l’aloe vera dans le syndrome de l’intestin irritable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *