La candidose responsable de nombreux soucis de santé

La candidose est associée à un nombre impressionnant de symptômes et de troubles fonctionnels, pour lesquels aucune cause médicale n’est trouvée. Elle devrait être systématiquement recherchée dans les maladies chroniques, les troubles anciens et tenaces. Les professionnels de santé, insuffisamment sensibilisés, n’y pensent que tardivement.

Qu’est-ce que la candidose ?

C’est la prolifération pathologique d’un micro-organisme nommé Candida Albicans normalement présent dans l’organisme. C’est un habitant des muqueuses (intestins, bouche, vagin) dont la présence reste limitée tant que l’équilibre entre les différentes familles microbiennes hébergées par l’organisme est maintenu.

Lorsque cet équilibre est bouleversé, il peut investir des espaces qui ne lui sont pas dévolus et proliférer. Sa forme change, il passe de l’état de levure à celui de champignon. Cette dernière forme, multicellulaire et bien structurée, en fait un parasite hors d’atteinte de notre système immunitaire.

A un stade évolué, le champignon migre hors du tube digestif et provoque des affections visibles au niveau de la peau. Nous parlerons ici surtout de la candidose chronique au stade digestif, moins facilement détectée tant il est vrai que les symptômes peuvent laisser penser à des maladies très différentes.

Quels sont les signes de la candidose ?

Le tableau clinique est variable selon les personnes, mais on retrouve des éléments caractéristiques : une vulnérabilité aux affections microbiennes et virales, des allergies, des douleurs musculaires, une fatigue chronique pouvant aller jusqu’à l’épuisement, des troubles hormonaux et psychologiques.

Plus en détail :
– Des signes digestifs : troubles du transit, stomatites, colites avec flatulences, ballonnements.
– Une fatigue qui s’installe progressivement, durablement et évolue par poussées.
– Des troubles psychiques : état dépressif, anxiété, irritabilité, troubles du sommeil, troubles de la concentration et la mémoire.
– Des pulsions alimentaires portées essentiellement sur les aliments sucrés.
– Des infections gynécologiques et urinaires à répétition.
– Des problèmes dermatologiques : eczéma, acné, psoriasis, mycoses des ongles.
– Des allergies, cutanées, respiratoires, alimentaires.

Il convient de différencier la candidose, c’est-à-dire l’affection fongique avérée, de la seule présence excessive de candida albicans en tant que levure dans l’intestin. Dans le second cas, il n’y a pas nécessairement de symptômes démonstratifs. En perturbant l’écosystème intestinal, la levure affaiblit progressivement le système immunitaire et participe à de nombreuses perturbations fonctionnelles. On estime que près de 80% des gens seraient concernés. Pour preuve, on observe souvent un mieux-être significatif, simplement par un traitement visant à ramener cette levure à des proportions convenables.

Quelles conséquences connues sur la santé ?

C’est d’abord la muqueuse intestinale qui en souffre. Le champignon libère de nombreuses toxines qui agressent la muqueuse intestinale et provoquent une perte d’étanchéité. Dès lors, des molécules indésirables vont entrer dans le sang, épuisant le système immunitaire. Les conséquences sont celles de toute hyperperméabilité de l’intestin.

En perturbant le système de reconnaissance aux portes de nos intestins, le champignon empêche l’absorption de nombreux nutriments et peut même provoquer des intolérances alimentaires. Des carences se creusent avec le temps, parce que le champignon, qui en temps normal se nourrit des résidus de la digestion, consomme à présent des nutriments nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme.

L’implication de Candida Albicans est suspectée dans certaines maladies auto-immunes. Des traitements antifongiques naturels ont conduit à des améliorations ou rémissions partielles dans des cas de maladies inflammatoires chroniques (polyarthrite, spondylarthrite, maladie de Crohn). Des maladies qui sont presque toujours associées, on le sait depuis peu, à un mauvais fonctionnement de la barrière intestinale.

Quels facteurs conduisent à la candidose ?

Ils sont nombreux mais hélas très faciles à réunir dans notre société occidentale moderne :
1/ La destruction d’une partie importante des bonnes bactéries de la flore intestinale, notamment par la prise trop fréquente d’antibiotiques ou d’autres traitements médicamenteux lourds.
2/ Une alimentation excessivement riche en sucres et graisses modifiées, qui nourrit davantage la flore commensale que la flore résidente.
3/ Un mode de vie sédentaire qui provoque un manque d’oxygénation toujours profitable au champignon.
4/ La pollution (de ce que nous mangeons, buvons et respirons)
5/ Le stress chronique qui fragilise insidieusement l’écosystème intestinal.

Que doit-on changer dans son alimentation ?

Candida Albicans se nourrit essentiellement de sucres, à commencer par les sucres rapides qui n’ont rien d’essentiel dans notre alimentation. Il faut donc éviter non seulement les aliments qui en contiennent mais aussi ceux qui sont susceptibles de se transformer en sucres pendant la digestion. Une partie importante de notre alimentation est hélas à classer dans ces catégories.

Les aliments suivants devront être évincés pendant le traitement, et rester ensuite marginaux dans les habitudes alimentaires, sans quoi le champignon reviendra rapidement. Il faut admettre que certaines personnes sont plus enclines à développer Candida Albicans et devront rester vigilantes.

– Tous les sucres rapides directs : pâtisseries, viennoiseries, desserts lactés, confiture, miel, confiseries, chocolats, sodas et la plupart des jus de fruits.
– Le fait, bien entendu, de rajouter du sucre sur ses mets, y compris du fructose.
– Tout ce qui est à base de farine raffinée : les pâtes blanches, le pain blanc, brioche et toute la boulangerie industrielle.
– Le lait et les produits laitiers animaux. Ils contiennent du lactose qui se transforme en sucre. De plus ils acidifient l’intestin et contiennent des moisissures.
– Les boissons alcoolisées.
– Les aliments à index glycémique élevé (pommes de terre, carottes cuites, riz blanc, maïs)
– Les aliments qui contiennent des levures, et ils sont nombreux, regardez attentivement la liste des ingrédients.

Attention aux boissons énergisantes ! La fatigue persistante peut pousser à en consommer. Or, même lorsqu’elles sont naturelles, ces boissons contiennent nettement trop de sucre, qui ne manquera pas de nourrir candida albicans et d’accroître l’épuisement de l’organisme.

Quelles sont les plantes et compléments alimentaires indiqués ?

En cas d’infestation avérée, il faudra consulter un médecin, faire des analyses biologiques et, si vous souhaitez un accompagnement naturel, consulter un naturopathe. Les informations qui suivent sont surtout destinées à prévenir la rechute chez les personnes fragiles.

L’association d’ail et de thym est connue pour aider l’organisme lors d’intoxications alimentaires, pour redonner l’appétit et stimuler la digestion après un épisode infectieux. Plus largement, elle purifie l’intestin de la présence de parasites et limite le développement de la flore pathogène. Des études ont montré que le thym limite l’adhérence aux parois de certaines bactéries commensales. Son action antifongique est également montrée sur plusieurs souches de Candida. L’ail quant à lui présente une activité bactéricide et fongicide à large spectre et même une action vermifuge.

La réglisse prévient, après traitement, la récidive d’une infestation.  Cette propriété, corroborée par des études in vivo, est aussi observée sur une autre bactérie, Helicobacter Pylori responsable de certains ulcères à l’estomac.  La réglisse limite les dégâts causés par candida albicans, notamment en termes d’emballement du système immunitaire et d’inflammation aux niveaux intestinal et hépatique .

L’échinacée, plante aux propriétés régulatrices du système immunitaire, a par ailleurs prouvé son activité contre candida albicans, avec un taux de destruction des levures de 20 à 40%. Dans l’ensemble, elle limite le développement de la flore commensale. Attention toutefois aux personnes souffrant d’une maladie auto-immune, cette plante stimule la production de la cytokine TNF-alpha.

L’Aloe Vera ne présente pas cet inconvénient, mais ne lutte pas directement contre le champignon. Il va surtout agir sur le milieu qui lui est favorable. La pulpe d’aloès assainit l’intestin, limite la formation de toxines et radicaux libres qui agressent la muqueuse, aide à l’évacuation des déchets laissés par le champignon, apporte un soutien au foie dans ce travail d’évacuation et contribue à restaurer l’équilibre acido-basique.

Les produits de la ruche ne sont pas en reste. La propolis présente l’activité la plus large contre de nombreux microbes. Elle limite la prolifération de la flore de putréfaction. La gelée royale est bactériostatique et améliore l’oxygénation des tissus. Le pollen est tout indiqué pour reconstruire la flore intestinale suite à la prise d’antibiotiques. Tous contribuent à l’assainissement de l’intestin.

Les probiotiques contribuent à l’indispensable rééquilibre de la flore intestinale. Certaines familles de bactéries bénéfiques vivent au sein des villosités intestinales, elles sont comme des gardiens de but qui évitent le passage des éléments indésirables et travaillent de concert avec le système immunitaire. Chaque espace qu’elles laissent vacant est une opportunité pour candida albicans, entre autres. Une alimentation inappropriée favorise toujours le déséquilibre entre les familles microbiennes. Plus on est sensible plus il faudra faire des cures régulières.

Vous aimez ce contenu, partagez-leShare on Facebook11Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Email this to someone

Diplômé en médecine nutritionnelle et fonctionnelle, formé aux techniques de psychothérapie brève, il exerce en cabinet libéral près d'Orléans. Il anime régulièrement des conférences en micronutrition auprès d’entreprises du secteur santé. Il est l'auteur de trois livres et de plusieurs articles scientifiques.

3 thoughts on “La candidose responsable de nombreux soucis de santé

  1. Bonjour Jacques,
    Votre article sur la candidose est très interressant. Cela nous permet de comprendre la maladie, les causes et des idées sur les produits avec lesquels nous pouvons accompagner le patient. Que DIEU vous bénisse.

    Bien amicalement.

  2. Marie-joseph boucaud.

    Merci Dimitri tout cela est trés formateur et nous permet de mieux conseiller les compléments alimentaires.Mille mercis pour vos conseils qui pour nous distributeurs nous aident beaucoup.
    Amitiés .Marie -jo

  3. je comprend mieux maintenant pourquoi je suis sujette à ces infections! il faut dire que je suis une accro aux sucreries (et je ne respecte pas la plupart de ces règles). J’ai tout le temps des problèmes (infections urinaires entre autres)
    merci infiniment pour ce billet, vous ne savez pas à quel point ça m’aide!
    Manon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *